Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

tapis & textiles ; mobilier & arts decoratifs

Groupe tapis, bilan d'une saison

10 Juillet 2015, 20:40pm

Publié par Martine CROZE

La particularité du groupe tapis, qui existe maintenant depuis quatre ans, est de transformer en formateur chacun de ses dix huit membres. C’est ce qui fait la difficulté mais aussi la dynamique de ce groupe.
La difficulté c’est qu’il requiert de ses membres beaucoup d’autonomie, de la curiosité intellectuelle et une grande confiance dans autrui. Chacun a du, en effet, vaincre la peur d’ organiser un exposé sur une matière que l’on ne maîtrise pas encore et apprendre à le structurer de façon didactique et intéressante pour le présenter aux autres.
La dynamique c’est qu’il donne à chacun le plaisir de la recherche, la possibilité de trouver dans l’ensemble du travail fourni par tous l’élaboration d’un savoir structuré et surtout une confiance en l’autre. Chacun a, au fil du temps, trouvé un rôle et une place. L’animateur, qui veille à la bonne marche de l’ensemble, s’assure simplement du respect du programme et de la progression des connaissances. Il ne fait que réguler un dispositif démocratique d’apprentissage chez des adultes autonomes.


Le musée Bargoin offre à ce groupe un espace de travail, des conseils éclairés, des sources fiables de documentation, des pistes de travail et un appui logistique non négligeable pour les présentations. Il offre aussi, quant il le peut, la possibilité d’illustrer ce qui est dit par les tapis tirés de la réserve. C’est un soutien indispensable et l’accueil du personnel est toujours extrêmement chaleureux. Sans eux rien ne pourrait se faire !

 

La saison 2014-2015 a débuté par un voyage aux journées de la Laine de Felletin, ce qui a permis à tous, à partir de visites d’ateliers de se familiariser avec le tissage des tapis et des tapisseries (qu’il soit manuel, avec des métiers mécaniques ou assisté par ordinateur). Les techniques de teinture des laines a aussi été abordé et vu concrètement dans une des dernières filatures de la région.

 

Groupe tapis, bilan d'une saison
Groupe tapis, bilan d'une saison

Ensuite un Vendredi par mois ,le groupe a cherché à consolider des connaissances de base sur les tapis, en privilégiant cette année encore le territoire de la Perse. Cet ancrage dans un espace aussi riche culturellement nous a amenés à comprendre que le tapis ne représente pas un simple objet de décoration (comme un occidental pourrait le penser) mais qu’il est porteur d’une symbolique extrêmement puissante partie intégrante de la vie sociale dont il ne peut se séparer. C’est donc cet angle d’attaque par la culture qui a structuré les différents exposés de l’année. Cette symbolique a ainsi été étudiée dans les tapis de chasse et les tapis jardins, présentés avec les données philosophiques et morales explicatives. Elle a donné lieu également à un exposé sur les différents motifs qu’on peut trouver dans les tapis que ce soit le bestiaire du paradis ou les motifs floraux . L’importance de la culture d’un peuple a été également abordée pour les tapis nomades dans une présentation de ce style de vie, de l’histoire de ces tribus ainsi que leurs traditions culturelles, les techniques et motifs particuliers apportés dans l’art du tapis . Pour conforter ces connaissances et les amener à cerner l’ensemble des milieux de production des tapis persans, une présentation éclairante des centres de fabrication de la Perse a permis à chacun de se situer dans les cartes et de retenir les noms et lieux des tapis.

Ces données acquises ont amené ensuite les participants à se pencher sur l’étude du plus vieux tapis du monde connu (Ve siècle av. JC), le tapis de Pazyrick découvert dans la sépulture d’un chef Scythe.

Enfin pour comprendre l’expression artistique qu’est le tapis, ce qui fait son caractère et son style, l’harmonie entre les couleurs et le dessin, les membres du groupe tapis ont rencontré, au MARQ, le plasticien formateur des chevalets de l'AMA qui leur a parlé de la problématique de la couleur dans l’art pictural. Une visite du musée avec ce guide passionnant nous a amenés, en regardant les toiles, à avancer dans notre réflexion.

Groupe tapis, bilan d'une saison

C’est ainsi avec une méthode qui s'est rodé peu à peu que le groupe repartira pour la saison 2015-2016 avec un nouveau programme centré, cette fois, sur la Turquie.

Voir les commentaires

Décors de peintres, objets et lieux profanes

2 Novembre 2013, 19:29pm

Publié par AMA

Organisé par le C.H.E.C. (Centre d'histoire  "espaces et cultures" - Université Blaise-Pascal) et le Mobilier National (Paris), ce colloque réunira des professionnels provenant d'horizons divers - notamment du musée Bargoin et du Service régional de l'Inventaire.


L'Association des Amis des Musées (AMA) de Clermont-Ferrand a décidé d'être partenaire de ce colloque et participera à la publication de ses travaux.

Vous êtes invités à assister aux différentes communications à Clermont-Ferrand comme à Paris. L'entrée est gratuite.
Pour plus de détails, vous pouvez télécharger le programme.

Mardi 26 novembre 2013, 1ère session,
Quand le feu devient couleur : céramique, émail, vitrail.
Accueil à 9 heures à la Maison des Sciences de l'Homme, salle 220, 4, rue Ledru à Clermont. Fin de la session  à 17h 45.

Mercredi 27 novembre, 2e session,
La broche comme pinceau : tapis et tapisserie.
A 14h, Galerie des Gobelins, 42, avenue des Gobelins, Paris 13ème, métro Gobelins.

Jeudi 28 novembre, 3ème session,
Les peintres décorateurs : le dialogue entre le Faire et le Penser.
A 9h30 Galerie des Gobelins, 42, avenue des Gobelins, Paris 13ème, métro Gobelins.

Cette session se poursuivra et se terminera l'après-midi par une table-ronde rassemblant des artistes contemporains.

Décors de peintres, objets et lieux profanes

Voir les commentaires

Acquisition 2009

24 Avril 2009, 21:52pm

Publié par AMA

Cuvette-de-bidet--faience-de-Clermont-Ferrand.200-copie-1.jpgL'exposition du MARQ consacrée en 1995-1996 aux faïences de Clermont-Ferrand avait attiré un grand nombre de visiteurs. Beaucoup ont alors découvert cette activité de fabrication de faïences à Clermont au XVIIIe siècle.

 

Depuis, le musée a fait plusieurs acquisitions, parfois très belles, et l'Association des Amis a pu elle aussi, à l'occasion d'une vente aux enchères, contribuer au développement des collections. Bien sûr, la cuvette d'un bidet n'est pas une pièce aussi "noble" qu'une aiguière ou un grand plat de service mais cet achat permet de montrer la variété de la production clermontoise.

 

Alors que le royaume de France connaît  une véritable explosion de manufactures depuis plusieurs décennies, la fabrication de faïence débute à Clermont-Ferrand en 1732 ; l'année suivante, l'affaire déjà moribonde est reprise et renflouée par monsieur de Savignat soutenu par Antoine Joseph Jouvenceau d'Alagnat et les intendants de l'époque, Trudaine puis Rossignol. La fabrique, malgré de nombreuses difficultés financières, poursuit ses activités pendant une vingtaine d'années jusqu'à sa fermeture définitive et la mort de madame Alagnat en 1757. Quelques années plus tard, une tentative de reprise de la fabrication se heurte à nouveau à des difficultés.

 

Quand la manufacture clermontoise commence son activité, les centres de Rouen, Nevers, Moustiers et Montpellier constituent les points de repère pour les faïenciers ; ce sont des ouvriers (peintres, tourneurs, mouleurs) de Montpellier et de Nevers qui viennent amorcer la fabrication clermontoise.

La cuvette de bidet acquise par l'AM'A, faïence stannifère de grand feu, est décorée de rinceaux et de fleurs stylisées en camaïeu de bleu.

Voir les commentaires

1 2 > >>